Depuis quelques temps, j’entends beaucoup parler des hypersensibles et du thème de l’hypersensibilité. Il semble que de nombreuses personnes se reconnaissent sous cette appellation. Je me suis moi-même reconnue dans ce terme assez rapidement. Pour rappel, être hypersensible est un tempérament naturel, qui entraîne une sensibilité accrue à notre environnement. Les hypersensibles possèdent de nombreuses facettes : empathie excessive, besoin de sens pour se réaliser, créativité exacerbée, forte capacité d’écoute, etc. Ainsi, en parlant de ce sujet sur mes réseaux, j’ai pu remarqué que c’est un sujet qui touche beaucoup. D’ailleurs, vous pouvez retrouver mes conseils pour gérer son hypersensibilité au quotidien sur mon site pro !

Récemment, j’ai eu une discussion avec une praticienne de reiki, qui a mit des mots sur un ressenti que j’avais depuis peu. A force de voir toujours un peu le même type de personnes se reconnaître en tant qu’hypersensible, je me suis dit qu’il y a certainement un lien qui nous unit. En discutant avec ma praticienne, elle a évoqué le terme « d’hyperconscient » au lieu de celui « d’hypersensible ». Je me suis tout de suite dit qu’elle avait très bien résumé mon ressenti dans ce terme. Je vais vous expliquer pourquoi ce mot résonne en moi.

Pourquoi la nomination d’hypersensible ?

Tout d’abord, dans une société où la sensibilité n’est pas toujours valorisée, le terme « d’hypersensible » peut vite devenir péjoratif. Je ne suis pas une grande fan des étiquettes, cependant, je trouve qu’il est toujours intéressant d’unir des gens vivant la même chose sous un même terme. En qualifiant une personne « d »hypersensible », on peut vite associer cette personne à d’autres caractéristiques autour de la sensibilité. On peut penser qu’elle est vulnérable, pleurnicharde, faible, etc. Évidemment cela n’est pas toujours le cas et quand bien même, cela ne veut pas dire que ce soit des caractéristiques négatives. Pourtant, pour éviter les amalgames et une classification trop rapide par l’entourage, je pense qu’il n’est pas toujours très judicieux de parler d’hypersensibilité.

Les hypersensibilités ont été nommés ainsi, du fait qu’ils ont tendance à avoir une réaction excessive à des stimulus intérieurs comme extérieurs. La sensibilité étant une aptitude à réagir par le biais de nos sens à quelque chose, pour les hypersensibles, ces réactions sont souvent décuplées. Aujourd’hui, la sensibilité est plus souvent détachée de son rapport au sens, afin d’être rattaché aux émotions du cœur. C’est ainsi que l’on est « sensible », lorsque l’on regarde un film et que l’on pleure ou quand on est ému pour X raison. L’hypersensibilité a donc tendance à être rattaché à une sorte de sensiblerie mal gérée.

Et si on était juste « hyperconscients » ?

Pourtant, en discutant avec différentes personnes hypersensibles, j’ai pu m’apercevoir qu’en général, ce sont des personnes très conscientes des choses. Alors, qu’est-ce que j’entends par « conscientes des choses » ? Ce que je souhaite dire par là, c’est que souvent ce sont des gens qui ont une bonne analyse des situations qui les entourent. De plus, elles ont aussi tendance à être plus consciente des enjeux autour d’eux. Typiquement, ce sont souvent des personnes concernées par des sujets de société importants (écologie, racisme, féminisme, etc.) et qui ressentent le besoin de s’impliquer pour ces causes.

Le fait d’avoir conscience des choses amène à la fois une importante lucidité sur les situations, mais aussi de nombreuses angoisses liées à cette lucidité. En général, j’ai remarqué que les personnes qui se trouvent « hypersensibles », ont tendance à être plus éveillés. Même si c’est un terme que l’on utilise habituellement en spiritualité, être éveillé peut se signifier de nombreuses manières. Dans ce cas précis, je dirais que ce sont des personnes qui ont tendance par leur conscience des choses à être plus développées en matière de réflexion. D’ailleurs, les hypersensibles sont très souvent attirés par les métiers qui leur permettent de réfléchir et se questionner (écrivain, journaliste, chercheur, etc.).

Des parcours et des intérêts similaires…

Ce qui m’a vraiment sauté aux yeux quand je me suis intéressé aux hypersensibles, c’est la multiplicité des parcours similaires. Que ce soit au niveau professionnel ou dans les activités, les intérêts sont souvent les mêmes. Typiquement, il y a beaucoup d’artistes (peinture, écriture, photo, musicien, etc). Le besoin de créer pour se libérer est très important chez les hypersensibles. Les parcours de changement de vie, de carrière, de conjoint, ne sont pas rares non plus. Les hypersensibles ont besoin de mettre du sens dans leur vie et si cela ne leur convient plus, ils aiment changer de voie.

Personnellement, je pense que le terme « d’hyperconscience », convient tout aussi bien, voir mieux, à ce que l’on peut vivre. Être plus conscient des choses veut dire que l’on va avoir tendance à beaucoup plus se questionner sur nous et sur nos vies. Donc rien d’étonnant, au fait que nombre « d »hypersensibles » soit intéressés par les domaines du développement personnel, de la spiritualité, etc. Dans une démarche perpétuelle de quête de soi et de son chemin, être plus conscient est essentiel.

Que signifie « être plus conscient » ?

Beaucoup d’hypersensibles estiment se sentir en décalage avec les autres et avec la société. On ne comprend pas les choses de la même manière, on a pas les mêmes interprétations, ni les mêmes fonctionnements. Très vite, on peut penser que cela est une tare pour notre insertion en société. Pourtant, des études estiment que les hypersensibles sont environ 1/5 de la population. Ainsi, nous avons donc tendance à nous regrouper entre nous et à évoluer ensemble. Le décalage ressentit par les hypersensibles ne vient pas nécessairement de leur sensibilité plus importante, mais plutôt de leur conscience plus développée. Avoir une conscience supérieure de soi, des autres et de son environnement, peut être très stabilisant au quotidien.

Le concept de conscience est encore difficile à parfaitement définir. Ainsi, avoir conscience des choses va souvent nous rappeler à la notion de jugement moral. Les personnes hypersensibles ou hyperconscientes vont appliquer un jugement plus important aux choses qui les entourent et vont essayer de faire au plus juste selon elles. Leur empathie leur permet d’avoir plus de recul sur les situations et de choisir selon leurs valeurs. Personnellement, je pense que c’est pour cela que nous avons tendance à être plus conscient de la réalité autour de nous et des enjeux qui se jouent. Beaucoup d’hypersensibles sont concernaient par l’écologie et font des choix au quotidien dans cette direction (végétarisme, limitation des déchets, etc).

A vrai dire, en tant qu’hypersensible, j’ai beaucoup de mal à comprendre les personnes que ne sentent concernées par rien. J’en rencontre chaque jour au quotidien et je me demande toujours comment elles font pour ne rien percevoir et vivre dans leur bulle. Personnellement, j’en suis incapable. Je crois que c’est justement le fait d’être hyperconscient des choses qui m’obligent à me sentir concerné. C’est comme si on me plongeait la tête dans l’eau et que je faisais comme si je pouvais encore respirer à grand poumon. C’est complètement hors de ma portée, quand je prend conscience de quelque chose, je me sens obligé d’agir en fonction de ce qui me parait juste. Parfois, cela demande de faire beaucoup de compromis, mais comme je ne peux pas faire autrement, je ne le vis pas comme une punition.

De l’espoir pour demain !

En discutant avec plusieurs personnes dans le secteur de la spiritualité et des énergies, beaucoup m’ont confirmés que nous sommes de plus en plus nombreux à être hyperconscient et plus éveillés. Et comme nous aimons partager, nous sommes des belles sources de réflexion pour les autres. Même si je perd parfois un peu espoir pour l’avenir de notre planète, je vois chaque jour des êtres plus éveillés et plus conscients qui élèvent leur voie. Si nous partageons notre vision des choses avec bienveillance, peut-être que cela aidera.

Comme d’habitude c’était un article assez long, j’espère qu’il vous aura plus et qu’il vous aura inspiré ! Finalement, le nom que l’on nous donne n’a que peu d’importance. Le principal, c’est de comprendre comment nous fonctionnons et ce que nous pouvons apporter au monde. Je vous invite à partager cet article et à aller me suivre sur mes réseaux pour en savoir plus !

Plein d’amour sur vous <3

Partagez si vous avez aimé ! :)