Besoin de calme après un long voyage…

calme

Cette dernière année aura été très riche en événements et en déplacements (voir cet article). Cela fait maintenant 1 an que j’ai quitté mon emploi et la sérénité de mon quotidien. J’ai fait beaucoup de rencontres, vécus énormément d’expériences et pas mal voyagé, en bref, une année bien remplie. Mon voyage de 5 mois en Asie du Sud-Est aura définitivement marqué un tournant dans ma vie. Cela est indéniable, ce voyage m’a beaucoup changé. Je n’ai que très peu parlé de mon expérience là-bas sur ce blog, même encore aujourd’hui, il m’est difficile de mettre des mots sur ces 5 mois d’aventures. Pourtant, petit à petit, j’y viens, j’en ai besoin.

Par nature, je suis une personne bouffée par les angoisses, je l’ai toujours été.

Petite, mes nuits étaient envahies par mon imagination débordante et trouver le sommeil était devenu un vrai calvaire. En grandissant, j’ai continué a me battre contre ces angoisses, parfois avec des rechutes, parfois avec des longues périodes où elles se faisaient plus discrètes. Sortir de ma zone de confort, de mes habitudes, de mon “chez moi”, est toujours une étape difficile. La panique, les angoisses et ce sentiment d’insécurité qui revient sans cesse, j’ai toujours mené cette grande lutte contre moi-même. Je suis partie seule voyager en backpack en Asie en partie pour cela, j’avais besoin de me prouver que je pouvais y arriver, que je n’étais pas “faible”. Je ne voulais pas que mes angoisses m’empêchent de vivre, de réaliser des choses, d’une certaine manière, je ne voulais pas qu’elles gagnent.

Alors, j’ai pris mon courage à deux mains. Cela n’a pas été facile, loin de là. Ce voyage a été un cadeau de la vie que je me suis fait et certainement la chose qui m’a le plus transformé. Mais surtout, j’y ai compris énormément de choses. J’ai aimé l’exaltation de l’aventure, la joie des découvertes, l’excitation des rencontres et tellement d’autres choses. Je me suis sentie vivante et cela m’a fait le plus grand bien. Pourtant, une autre facette de ce voyage m’a été beaucoup plus douloureuse.

Durant toute cette dernière année, la vie m’a donné des opportunités me forçant à sortir de ma zone de confort. J’ai quitté mon quotidien, mes habitudes, mon entourage, tout ce qui constituait ma sécurité. Comme un grand saut dans le vide, auquel je n’étais pas particulièrement préparé. Dieu merci, nous possédons tous en nous des ressources insoupçonnées. J’ai réussi, je l’ai fait et même si cela me semble irréaliste, j’en suis fière.

Ce dernier voyage a été une expérience magnifique, mais je sais que pour l’instant je ne suis pas prête à repartir.

J’ai peut-être encore du mal à me l’avouer, mais je ne suis pas faîte pour tout cela. J’adore voyager, ce n’est pas le problème. Mais j’ai réalisé que ce que j’adore le plus, c’est avoir mon petit quotidien, mon équilibre. La vie de vagabond, j’en ai longtemps rêvé et après avoir essayé un temps, je suis bien contente de retrouver ma petite vie tranquille. Je sais que je repartirai, j’aime découvrir d’autres pays, d’autres cultures. Mais je sais aussi que je le ferai différemment, plus en accord avec moi-même.

Aujourd’hui, après être finalement rentré, je réussis petit à petit à reprendre mes marques. J’emménage pour la première fois dans un appartement seule et en centre-ville. Je vais commencer un nouveau travail, qui m’excite tout particulièrement et pour une fois, j’ai vraiment envie d’aller jusqu’au bout de celui-ci. Je ne rêve plus que d’une seule chose : du calme. Bien sûr, je parle d’un calme dans ma vie, quand la routine reprend ses droits et que la vie coule sans trop d’embûches. Mais surtout, je parle d’un calme intérieur, que j’ai eu tant de mal à trouver cette dernière année. Comme dans une perpétuelle agitation, j’ai parfois l’impression d’être dans une machine à laver qui tourne sans cesse, sans que le cycle ne soit jamais terminé.

J’ai réalisé à quel point ce mode de vie m’épuisait lentement. Bouger tout le temps, s’organiser, s’adapter aux gens, aux modes de vie, tout cela demande une énergie considérable pour moi et actuellement, je n’en ai plus envie. Ces perpétuels changements ne me permettent pas encore d’avoir un équilibre stable, peut-être qu’un jour cela viendra, je n’en sais rien. Pour l’instant, je ne suis pas prête à m’y replonger de suite.

En ayant mis des mots sur ce que j’ai toujours été et en apprenant à mieux me connaître, j’ai découvert que j’étais hypersensible.

J’y reviendrai plus tard, mais cela m’a aidé à comprendre beaucoup de choses. Quitter sans cesse ma zone de confort, me demande beaucoup d’énergie pour combattre mes peurs, mes angoisses et mes émotions débordantes. Toute l’énergie que je dépense là-dedans est épuisante, autant pour mon corps, que pour mon mental. J’ai besoin de me retrouver, de prendre du temps pour digérer toute cette dernière année, pour me relancer sur des nouveaux projets, plus calmes, mais qui n’en sont pourtant pas moins excitants. Le quotidien, la routine, les habitudes, tout cela me fait du beaucoup de bien, ça m’apaise.

Je sais que l’on ai dans une société qui ne laisse souvent que peu de place à la sensibilité. Il faut toujours faire plus, faire mieux, se dépasser. Personnellement, avec du recul, je pense aujourd’hui qu’il faut surtout apprendre à s’écouter et à suivre son instinct, son cœur. La vie ce n’est pas une course à l’expérience, ce n’est pas une course aux voyages, à qui aura la meilleure vie, la plus remplie, ce n’est pas une course tout court.

Beaucoup de personnes idéalisent ce que j’ai pu vivre, se persuadent que leur vie sera meilleure demain, dans un futur illusoire, dans des attentes sans fin. Pourtant, c’est moi aussi ce que j’ai pu faire, alors même que j’étais censé vivre le “rêve” tant escompté. Je suis rentré dans une course effrénée, à vouloir toujours faire plus, voir plus, vivre plus. La vie ne met jamais rien sur notre chemin pour rien, j’avais besoin de passer par tout cela, j’en ressors grandi.

Maintenant, je m’aperçois que ce “vivre plus” n’a aucun sens.

On vit, chaque jour, chaque minute, chaque instant. Il y a un proverbe qui dit : “L’homme est un éternel insatisfait”, je peux qu’acquiescer. Je pense que cela vient en partie de notre société, qui est toujours plus exigeante et qui nous force par conséquent à l’être aussi, envers nous-même et envers les autres. On idéalise les autres, leur vie, on se dit que la nôtre est misérable et on se relance dans la course. Triste réalité, je le conçois.

Je pense que cette dernière année m’a appris une chose essentielle : il n’y a pas de “mieux” ailleurs ou après, le mieux c’est maintenant. Faire chaque jour ce que l’on aime, suivre ses envies, ne pas avoir de regrets. Votre quotidien sera toujours merveilleux, si vous le vivez avec passion et acceptation. Une chanson populaire me revient alors en tête “Il en faut peu pour être heureux. Vraiment très peu pour être heureux. Il faut se satisfaire du nécessaire.”, maintenant que j’y repense, je me dis que ce n’est pas si bête. Faite ce qui vous plaît, ce qui anime votre petite flemme intérieure, ne laissez jamais la braise s’éteindre. Savoir s’écouter, suivre son cœur et son instinct, c’est peut-être cela la clé du bonheur…

En attendant, je vais retrouver un peu de calme dans ma vie, je sens que c’est ce dont j’ai besoin et je suis sûr que cela va me faire le plus grand bien !

Plein d’amour,

Kiss <3

2017, c’est fini ! On fait le point ?

année

31 Décembre

00h01 – BANGKOK

2017, c’est fini !

Une belle année qui se termine à Bangkok, dans l’incroyable capitale Thaïlandaise. Demain, départ pour le Cambodge, qui sera le dernier pays de mon premier voyage en Asie…

2017, aura définitivement été une année incroyable ! Des rencontres et des expériences extraordinaires auront rythmées toute mon année et j’en suis plus que reconnaissante. Avec des rêves et de l’amour à n’en plus finir, c’était simplement magique ! Je vous renvoie à mon article sur mes 18 ans pour plus d’informations <3.

Bien sûr, 2017 aura aussi eu son lot de moments difficiles. Beaucoup de remises en question, de doutes et de changements de vie. J’ai énormément appris, changé et évolué, au cours de cette année. Aujourd’hui, je peux dire que je me connais un peu mieux qu’il y a un an et que chaque jour, j’essaye de découvrir un peu plus ce qui me correspond. Je ne cherche plus du tout les mêmes choses et j’espère que 2018 sera tout autre. Ni moins bien, ni mieux, juste différente. Je vous parlerai dans un prochain article, de mes objectifs 2018.

Cette année 2017, aura avant tout été l’année du voyage. Avec un total de 14 pays traversés, visités ou vécus, j’ai eu la chance de découvrir de nombreuses cultures. Des espagnols, aux suisses, aux grecques, en passant par les italiens, puis aux vietnamiens, pour finir par les thaïlandais et encore bien d’autres, que de magnifiques populations et rencontres. Avec des dizaines de langues entendues plus tard, je me suis réellement découvert une passion pour la multiplicité linguistique de notre monde !

Je peux aussi dire de cette année, qu’elle aura été riche en moyens de transport. De la marche, au stop, au bus, à la voiture, à l’avion, au train, aux bateaux, que d’instants magiques et inoubliables. Pour n’en citer que trois des plus marquants de cette année. Il y a eu la traversée de Patras en Grèce à Bari en Italie en bateau ferry, puis les 16h d’avion entre Paris et Bangkok ou encore les cinq heures de train local entre Ayutthaya et Sukhothai en Thaïlande, assis entre les wagons à regarder le couché du soleil. Difficiles de faire un choix, tellement il y a eu de beaux moments dans les transports cette année.

2017, aura aussi été l’année de l’expérimentation des différents modes de voyage et de logements. Le camping sauvage sur la plage, dans la forêt, près d’un lac, ou n’importe où ailleurs. Les auberges de jeunesse, avec leurs nuits de folie à discuter, à refaire le monde, à jouer, à tout simplement échanger. Des hôtels, des Airbnb, des nuits à l’aéroport, sur un bateau à Venise dans un port. Des nuits en voiture, à se plier, à s’entortiller, à chercher à se positionner. Que des souvenirs, des milliers de rires et beaucoup de plaisir…

Je ne regrette pour rien au monde, d’avoir pris cette deuxième année sabbatique. Tout cela m’a tellement appris. En effet, il a fallu que je me pousse dans mes retranchements, que je sorte de ma zone de confort et que je me confronte toujours plus à la vie et à mes peurs. Le plus gros défi de cette année, c’était de réussir à me prouver à moi-même que je pouvais le faire et que je pouvais vaincre mes angoisses et les surpasser.

J’ai toujours été une angoissée de tout. Que ce soit des gens, de la vie, ou juste sortir de chez moi est parfois un défi. Aujourd’hui, je me suis confronté à cela. Même si il y a parfois encore des rechutes, j’ai moins peur du monde. D’une certaine manière, j’ai certainement compris que tout cela était dans ma tête et j’avais juste besoin de gagner en confiance. Je suis de moins en moins angoissée et apeurée face à la vie, je me suis sans doute un peu endurcie. Comme on dit : « J’ai choppé le virus du voyage » et j’ai encore plus envie de découvrir le monde.

J’ai compris énormément de choses sur moi, mes fonctionnements, mes relations et mes réactions. Même si je ne sais toujours pas vers où je vais demain, des plans se dessinent doucement et cela m’est pour l’instant suffisant. Le plus important, c’est que je sais ce que je ne veux pas, ce que je ne veux plus et par conséquent, je sais un peu mieux ce que je veux réellement aujourd’hui. Chaque jour, je découvre un peu plus qui je suis et ce que je suis. Parfois, les résultats sont malheureux, c’est douloureux, mais je garde toujours l’espoir que ça finira par aller mieux…

En retombant sur la note iphone de mes objectifs 2017, je me suis rendu compte que j’avais atteint mes objectifs. J’ai eu mon permis, travaillé et mit de l’argent de côté, voyagé en Asie et acheté une voiture. L’année est bouclée et même si je pensais que cette année était un peu fofolle et bordélique à certains moments, j’ai quand même tenu mes résolutions.

L’année 2016 avait été importante alimentairement parlant. J’y ai perdu pas mal de poids et je suis devenu végétarienne puis vegan. De ce côté-là, j’ai continué sur ma lancée en 2017, il y a eu des périodes plus ou moins intensives et divers changements, mais dans l’ensemble, je me suis beaucoup épanouie dans la nourriture cette dernière année. Je vous parlerai de mon parcours alimentaire, qui a été riche en 2017, dans un prochain article.

Pour faire un point global, je dirai que 2017 aura été l’année de la remise en question et du challenge personnel. Par conséquent, c’est une année qui a été riche en émotions, autant positivement, que négativement. J’ai testé des choses et un peu à la manière d’un cobaye dans ma propre vie, j’ai pu expérimenter et analyser mes comportements et mes réactions. J’ai réalisé les choses qui sont réellement importantes pour moi et certaines vérités que je ne voulais pas admettre.

Je me suis rendu compte comment ma famille a une place importante dans ma vie – surtout depuis que je suis en Asie -, et la chance que j’ai de les avoir à mes côtés, qu’importe mes choix, qu’importe mes actions. Je suis vraiment reconnaissante d’avoir des parents extraordinaires et une famille que j’aime.

Hier soir, pendant cette dernière soirée, j’étais relativement songeuse et j’ai réalisé certaines choses. En 2017, je me suis beaucoup défié et je suis sortie de ma zone de confort. D’une certaine manière, c’est grâce à cela que j’ai pu avoir une année aussi riche et que j’ai réalisé autant de choses. Plus cette année a avancée, plus j’ai compris que beaucoup des choses que j’ai pu faire, était en réalité une manière de me combattre moi-même, d’essayer de fuir ce que je pouvais ressentir. Aujourd’hui, je ne veux plus me fuir. Je me suis beaucoup mit la pression cette année et j’ai plusieurs fois poussé mon corps et mon esprit à leurs limites. J’ai joué avec le feu et je me suis parfois brûlée. Au bord du précipice, j’ai toujours réussi à me relever et à savoir rebondir, je vais faire en sorte que cette nouvelle année continue sur cette même lancée.

Maintenant, que je sais un peu mieux ce que je suis et ce que je veux, je vais faire en sorte que 2018, ne soit pas l’année de l’expérimentation mais de la réalisation. Je me fais la promesse d’essayer d’assumer un peu plus ce que je suis au plus profond de moi-même et d’accepter d’arrêter de toujours vouloir me combattre. Durant cette année, je me suis beaucoup exposée et mise en situation de vulnérabilité face à moi-même et sincèrement, j’arrive au bout de cette année fatiguée. Bien sûr, tout ce que j’ai vécu était merveilleux, mais en 2018, j’ai besoin de consolider ce que j’ai appris et surtout, de me retrouver moi-même.

J’ai compris qu’en empruntant différents chemins, je finirai bien par trouver le mien…

Je vous souhaite une belle année 2018 à tous, remplie d’amour, de partage et de bonheur ! Il y aura des bas, des hauts, mais n’oubliez jamais de garder fois en vous-même et que rien n’est jamais définitif, tout peut changer à tout instant…

BIG KISS <3

PS : Cette photo a été prise, là où se situe le plus haut bouddha de Thaïlande. Selon la tradition, toucher ses pieds, apporte chance à celui qui le fait. Pour commencer cette nouvelle année, un peu de croyance ne fait pas de mal ;).

Quelle importance à apprendre des langues ?

langues

Moi et les langues, ça a toujours été une histoire compliquée…

À l’école, pendant des années, on a tenté de me le faire aimer, de me les enseigner, mais le défi était loin d’être facile à réaliser !

Déjà, juste pour le français, j’ai mis des années avant de savoir écrire, sans faire dix fautes d’orthographe par phrase ;). Une fois cette première étape passée, ou en tout cas, bien améliorée, il fallait tout recommencer avec une nouvelle langue. Non mais, dans quel calvaire on m’avait encore fourrée !

D’abord avec l’anglais, puis avec l’espagnol, l’école a coûte que coûte essayé de m’apprendre les fondements de ces deux langues. Pendant longtemps, je n’en ai pas compris l’utilité. Après tout, je vivais en France et je parlais français, n’était-ce pas suffisant ?

Au lieu de me faire aimer les langues, en particulier l’anglais, l’école m’en a dégoûté. Je me rappelle de toutes ces heures à essayer d’apprendre les verbes irréguliers, à tenter par tous les moyens de mémoriser ces centaines de mots et de sonorités, que je finissais toujours par malheureusement tout oublier. Paralysée par la peur d’être interrogée, les cours de langues était devenu un mauvais moment à passer, un calvaire obligé.

Pourtant, j’ai persévéré, j’ai essayé de m’y intéresser pendant des années. J’étais tellement frustrée de ne pas y arriver, de ne pas réussir à communiquer, que j’ai fini par me dire que les langues n’était tout simplement pas faites pour moi. Ainsi, pendant longtemps, j’ai pensé qu’apprendre les langues était un don, un talent, réservé à certains privilégiés.

Puis et venu le temps des remises en question…

Il y a deux, trois ans, j’ai voulu à nouveau retenter d’intégrer le grand monde des langues. Je lisais beaucoup à cette période et j’étais très frustrée, de ne pas pouvoir augmenter mon panel de lecture avec des livres en anglais. Ainsi, a commencé un long chemin semé d’essais, de chutes et de remontés…

J’ai téléchargé des applications, acheté des livres, regardé des séries sous-titrées, mais rien n’y faisait, je n’arrivais pas à m’y intéresser. Quand venait le temps des pics de motivation, je me jetais à corps perdu dans une routine linguistique intensive. Puis avec le temps, ma détermination a chuté et j’ai lâché sans pour autant démériter.

Pour une seconde fois, j’ai arrêté de m’y intéresser, en me disant que j’y reviendrai dans quelques années.

J’ai longtemps cherché la méthode « miracle » pour apprendre des langues, pour comprendre pourquoi moi, il m’était impossible d’y arriver. Soyons clair, je n’ai jamais trouvé ! Croyez-moi, j’en ai pourtant essayé. Celle de la répétition espacée, de l’écoute audio répétée, de l’apprentissage des règles de manière bornée, rien n’y faisait, je restais indifférente à tous ces procédés.

Quand j’ai décidé d’arrêter pour une seconde fois de m’acharner, quelque chose avait pourtant changé. En effet, j’avais compris que nous pouvions tous y arriver, qu’apprendre les langues n’étaient pas réservé exclusivement aux surdoués. Ainsi, j’avais ouvert mon esprit à des centaines de nouvelles possibilités.

Quand apprendre l’anglais, m’a rendu passionnée… Lire la suite de “Quelle importance à apprendre des langues ?”

Petit récapitulatif de mon année écoulée…et la tienne ?

C’est aujourd’hui que l’heure de mes 19 ans a sonnée !

Pour fêter cela sur le blog, j’ai décidé de faire avec vous un petit point sur cette dernière année écoulée.

De Décembre à Mai, rien n’a vraiment changé…

Durant ces cinq premiers mois, ma vie reste à peu près la même que celle qu’elle a été les deux dernières années. Je continue à bien manger, à m’entraîner, à me cultiver et à travailler. En effet, durant cette période, je travaille dans une grande surface, à différents postes. Je développe mes passions, m’intéresse toujours plus à l’alimentation et rencontre pas mal de gens. Les jours dans ce travail sont parfois long, mais j’essaye de prendre surtout le bon. J’y découvre le monde de l’entreprise, avec ses vices et ses surprises. J’apprend pas mal au contact de tout ce petit monde et je rencontre quelques gens qui sont pour moi maintenant importants.

Je continue à développer ce blog, en y investissant beaucoup de temps et de motivation. Je me passionne pour la musculation et y découvre un état d’esprit de battant. Je me forge durant ces quelques mois un mental de gagnant, soutenu par un mode de vie rigoureux et constant.

Le 24 Mai, après un deuxième essai, j’obtiens enfin mon permis de conduire !

Juin, le début de la liberté…  Lire la suite de “Petit récapitulatif de mon année écoulée…et la tienne ?”

UNE JOURNÉE D’UNE VEGAN À LA PLAGE ! (REPAS, ARCACHON ET SOLEIL)

HELLO MES WARRIORS !

Aujourd’hui, je vous emmène faire un tour à la plage avec moi , je vous montre mes repas VEGAN de la journée et je partage avec vous des jolis paysages !


Les images ont été tournées sur le bassin d’Arcachon, là où je suis née. Même si j’y suis allé des centaines de fois, pour moi, c’est toujours comme la première fois. Je redécouvre les odeurs marines, la vase, le sable chaud, la vue des beaux bateaux, etc. Le bassin d’Arcachon, c’est aussi l’attente. Attendre les marées, que l’eau arrive, qu’elle recouvre le sable et sublime encore plus ces paysages !


Dans cette journée avec moi, je vous partage aussi mes repas de la journée avec le descriptif calorique de chaque repas. Ainsi, comme vous pouvez le voir dans la vidéo, c’était une petite journée niveau calorie. En effet, j’avais mangé au restaurant le soir précédent et je m’étais littéralement pété le bide ! Résultat, je n’avais pas extrêmement faim dans cette journée 😉 Si vous souhaitez voir plus de repas dans mon assiette, n’hésitez pas à me le dire, j’en ferais plus régulièrement !


J’aime beaucoup tourner et monter ce genre de petit vlog, à la manière d’un CARNET DE ROUTE. J’espère que ça vous plaît aussi ! En effet, j’ai plein d’autres idées pour compléter ces petits vlogs et partager encore plus avec vous ! N’hésitez à me poser des questions en commentaire ou sur les réseaux sociaux, afin que j’y réponde pour faire des FAQ sur YouTube !


Si vous voulez voir d’autres JOURNÉES AVEC MOI, où je te partage ce que je mange et ce qui se passe dans la vie d’une VEGAN, MINIMALISTE et AUTODIDACTE. N’hésitez pas à me le dire en commentaire et à vous abonner à la chaîne Youtube ! C’est gentil et c’est gratuit ! ❤️

PROFITEZ DE CES BELLES IMAGES POUR VOUS ÉVADER DU BOULOT PENDANT QUELQUES MINUTES MES WARRIORS !

Le Pays Basque, un paradis sur terre…

Après quelques jours passés aux Pays Basque, je reviens la tête remplie de magnifiques paysages, coup de cœur intergalactique pour cette sublime région !!

J’ai adoré faire des randonnées jusqu’en haut des monts, dormir dans une bergerie traditionnelle même si adaptée avec une partie du confort moderne ( trouvée sur Airbnb, première expérience avec ce site et on est ravis ! ), visiter Espelette et la chocolaterie Antton ( mon dieu cette odeur de cacao je fonds…), découvrir les magnifiques grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya avec un guide passionné et passionnant, traverser Ainhoa et La Bastide Clairence ( deux villages classés ” Plus beaux villages de France ” ), Monter en haut du Mont Baigura dans un wagon tiré par un tracteur, découvrir le traditionnel village de Saint-Jean-Pied-de-Port,…et encore bien d’autres choses…

Cette région est sublime, un paradis préservé du monde, j’ai profité du calme, de la nature, de faire de la marche, simplement de prendre mon temps, de me poser face à moi-même…C’était aussi un très beau moment en famille, on grimpe en haut des montagnes, on trébuche, on tombe, on rigole, des moments particuliers qui nous ramènent à l’essentiel.

Je vous laisse avec quelques photos de mon périple au Pays Basque, ce qui est sûr c’est qu’il ne me tarde qu’une chose…y retourner !! <3 Lire la suite de “Le Pays Basque, un paradis sur terre…”