Les jours où ça ne va pas, comment gérer son malheur ?

malheur

Il y a des jours où ça ne va pas, où rien ne va, où on se sent tout petit, où on voudrait que ça soit fini. Dans ces jours-là, la vie nous paraît si difficile, on voudrait juste rester au lit, ne pas avoir à se lever, ne pas avoir à se réveiller. On est perdus, nos sentiments sont confus, on voudrait s’en libérer, arriver à nous en décrocher. Mais on n’y arrive pas, c’est trop dur, ça fait trop mal. On n’arrive plus à gérer, on a peur de ne jamais être aimé, on ne peut pas tout contrôler.

Il y a tous ces jours où on se sent lasse, on voudrait juste que notre esprit se prélasse. On a envie de pleurer, de crier notre douleur, d’hurler notre malheur. On ne sait même pas pourquoi on est malheureux, pourquoi on est heureux. On voudrait tout arrêter, faire comme si plus rien existais. On se sent écorché, comme si tout allait s’écrouler. On a mal, ça nous heurte, ça nous effleure, comme une grande douleur. On n’a pas envie de faire d’efforts, pas envie d’y arriver, on fait tout pour échouer. Ça nous fait chier, on n’a pas envie de se lever, de faire semblant, de se stimuler, de simuler. On ne veut pas parler, on ne veut pas regarder, pas communiquer, on veut rester dans notre réalité. Les autres nous frappent, on dérape, on se sent blessés, déchirés, on voudrait pouvoir tout stopper.

On veut juste se mettre en boule, pleurer comme un bébé, dire qu’on ne va pas y arriver et accepter de ne pas être parfait. On voudrait soulager notre malheur, arracher notre cœur, faire comme si tout cela n’avait pas de valeurs. On crève d’envie de stopper nos sentiments, de dire que tout est bon. Mais on n’y arrive pas, on ne peut pas se mentir, on ne veut pas s’en sortir. Alors, on se complaît dans notre malheur, on accepte notre douleur, on lui laisse toute sa grandeur. On se laisse envahir, on veut bien se dévêtir, on arrête de lutter, on se met à tout lâcher. On peut enfin respirer, se sentir à nouveau exister, ne plus rien espérer. On se laisse porter par le flow de nos pensées, on n’a plus rien à contrôler, on n’a plus besoin de se cacher, on peut finalement se libérer.

Ainsi, dans tous ces moments avec soi-même, où la souffrance nous entraîne, où la peur nous emmène, où on ne peut pas résister, on doit juste accepter. Mais parfois, on n’arrive pas à accepter, on arrive plus à gérer. On a trop mal, c’est trop dur, on veut juste se renfermer, qu’on nous oublie, qu’on n’ai plus à exister. Des fois, on a peur, on ne peut pas s’échapper, on subit notre douleur, on n’arrive pas à la stopper. On ne comprend pas ce qu’on ressent, on voudrait que ça parte en un coup de vent. On ne veut pas à s’y confronter, on rêve d’un peu de simplicité. On est terrifié, apeuré par ce qui pourrait arriver, par cette hypothétique vérité, celle qui pourrait tout changer, transformer notre réalité. On ne veut pas comprendre, on ne veut pas changer, on ne veut pas se dire qu’on s’est peut-être tromper. Lire la suite de “Les jours où ça ne va pas, comment gérer son malheur ?”

Comment accepter notre impuissance ?

impuissance

Parfois, on se sent impuissant. On voudrait aider, sauver, taper, mais on ne peut pas agir, pas intervenir. Chaque jour, la vie nous confronte à des centaines d’affaires, où l’on ne peut rien faire. Que ce soit face à des événements, des comportements, des actions, il est parfois compliqué, d’accepter notre inutilité.

Depuis que je suis en Asie, j’ai été de nombreuses fois confrontée, à des choses que je ne pouvais pas contrôler. Il arrive souvent que nous côtoyons une misère, où la seule chose que l’on peut faire, c’est se taire. Face à ces choses-là, on est toujours un peu triste, triste de ne pas pouvoir aider, triste de ne pas faire assez. On a tendance à se sentir déconcerté, attristé, parfois même, à culpabiliser. On voudrait pouvoir faire plus, donner plus, mais notre incapacité, finit toujours par nous faire douter. Alors, on fait comme si rien n’existe, on devient laxiste. C’est ensuite dans une insolente culpabilité, qu’on décide d’abandonner.

Abandonner, c’est décider d’arrêter de se condamner, pour quelque chose qu’on ne peut pas contrôler. Abandonner, c’est accepter de lâcher prise, sur quelque chose où l’on n’a pas d’emprise. Abandonner, c’est accepter de dire OK, je ne peux pas aider. Loin d’être facile, c’est un choix compliqué, car il nous donne l’impression d’avoir échoué.

L’impuissance, est une des choses qui fait appel à notre conscience. Souvent, elle nous ramène à une triste vérité, une mauvaise réalité, qu’on préférait ignorer. En étant une offense à nos valeurs, elle grignote notre humeur, écorche notre honneur et sabote notre bonheur. Difficile d’y résister et pas facile à accepter, l’impuissance ronge nos pensées, comme si elle essayait de les enterrer, de nous soulager.

On ne peut pas toujours agir, toujours choisir, il faut aussi subir. On voudrait parfois crier, se révolter, dire que tout cela n’a pas de raisons, pas de justifications. On ne comprend pas, on ne veut pas, on voudrait pouvoir tout contrôler, que rien ne soit arrivé. Face à l’impuissance d’une situation, nous devons prendre une décision. Nous pouvons choisir de nous y confronter ou décider d’oublier. Dans les deux cas, il faudra finir par assumer.

Si j’ai décidé de partager ma réflexion, c’est parce que j’avais besoin de partager mon impuissance, comme une manière de soulager ma souffrance. J’ai longtemps culpabilisé, de ne pas pouvoir assez aider, de ne pas pouvoir solutionner les problèmes auxquels les gens étaient confrontés, de ne pas pouvoir les sauver. Notre société nous pousse à voir des choses, auxquels on ne veut pas se confronter, qu’il est simplement plus simple d’ignorer. Lire la suite de “Comment accepter notre impuissance ?”

Sommes-nous dans la société du paraître ?

paraître

Aujourd’hui, nous vivons dans une société, où le paraître est une priorité. Par le “paraître”, j’entends l’ensemble des choses qui font que l’on aime se montrer. Le paraître, c’est notre manière de parler, de nous habiller, de nous maquiller, en bref, de nous conditionner. Dès le plus jeune âge, nous sommes conviés, dans ce grand monde de la superficialité.

À partir du moment, où nous sommes en âge d’intégrer les rites et coutumes de notre société, nous devenons des êtres conditionnés. Ce conditionnement se réalise progressivement, au fil des années. Que ce soit dans un cadre scolaire, familiale, amicale ou sociétaire, nous devons plaire.  

Nous agissons pour ne pas être puni, exclu ou démuni. Nous voulons les récompenses, les reconnaissances et montrer que nous avons du bon sens. Pour cela, nous travestissons nos pensées et notre mode de fonctionner, afin de mieux s’intégrer. À force de nous transformer, nous ne savons même plus qui l’on est et ce vers quoi l’on doit se tourner. Nous agissons selon ce qui est jugé comme “bons” comportements, sans même se questionner, sur les fondements de ce jugement. Qu’est-ce que le “bon” ? Je vous laisse vous le demander.

La société porte sur nous un jugement, accompagné d’une forte pression. Terrorisé par le fait de ne pas être “assez”, nous finissons par complètement nous oublier. Nous voulons être parfait, sans pouvoir jamais y arriver. Ainsi, tout est remplacé par une superficialité, qui n’a jamais de réelle finalité.

Nous devons aller à l’école, bien travailler, sinon nous n’aurons pas de métier. Nous devons bien nous préparer, nous habiller, nous maquiller, sinon, on ne sera pas aimé. Nous devons bien travailler, être salarié, pour gagner un maximum de monnaie. Nous devons avoir beaucoup d’argent, une jolie voiture, une belle maison, pour montrer que nous y sommes arrivé. Nous devons avoir une famille, des amis, des gens aimés, pour montrer notre sociabilité et qu’on est apprécié. Tant d’autres “nous devons”, s’ajoutent chaque jour à notre société. Mais où est donc passé notre authenticité et notre belle sincérité ?

Nous faisons semblant d’aimer notre voisin, notre collègue, notre cousin, car nous voulons être en retour être aimé. Nous donnons, nous aidons, dans l’espoir d’être nous aussi un jour aidé. Tout n’est fait que par intérêt, dans une hypocrisie d’un geste désespéré. Personne n’est à condamner, c’est la société même qui nous a ainsi conditionnée.

Nous jugeons, car nous sommes jugés. Nous critiquons, car nous sommes critiqués. Nous aimons, car nous sommes aimés. Toutes nos actions ne sont plus qu’un simple reflet de notre société. Alors, qu’arrive t-il si nous décidons de ne plus jouer, de ne plus y participer ? Lire la suite de “Sommes-nous dans la société du paraître ?”

S’écouter pour mieux manger, est-ce la clé ?

J’ai perdu 15 kilos seule et je ne me suis jamais privée. Bien au contraire, j’adore manger et je ne voulais pas arrêter. J’ai stoppé les régimes à la mode, où l’on passe son temps à se priver, puis à craquer, pour finir par se culpabiliser. À la place, j’ai réappris à m’alimenter.

Je ne mange pas moins, je mange mieux ! J’ai appris à favoriser la qualité, ce qui m’a permis d’augmenter mes quantités. À contrario de ce que la majorité des gens pensent, la nutrition n’est pas quelque chose de compliquée. Il suffit simplement d’apprendre à s’écouter. Pourquoi se restreindre ? Pourquoi se priver ? La nourriture est une des plus belles choses qui a été créé. Notre corps et notre esprit en ont besoin pour fonctionner. Manger est une nécessité et c’est bon pour notre santé, alors arrêtons de nous torturer à coup de régime de forcené. Mais plutôt, réapprenons à nous alimenter.

Stop à la privation…

Si tu as envie d’un aliment en particulier, fais-toi plaisir, sans te culpabiliser après. Tu n’es pas en prison, arrête de te condamner pour ce que tu as mangé. Savoure le moment présent, profites des saveurs dans ton palais et remercie la vie de te permettre d’avoir à manger.

Arrête de t’affamer !

Apprends à manger des aliments de qualité, en quantité, pour être toujours rassasié. Ton corps à besoin d’énergie pour fonctionner, arrête de l’affamer. Ton corps est ton sanctuaire, tu ne pourras jamais t’en séparer, alors offre lui des aliments de qualité. Certains aliments sont faibles en calories (fruits, légumes, féculents, etc.), profites-en pour t’en goinfrer. En plus, ces aliments sont pleins de nutriments, c’est parfait pour t’aider à carburer dans toutes tes activités ! Alors, dit stop aux régimes restrictifs et bonjour à une alimentation intuitive et équilibré.

Apprends à t’écouter… Lire la suite de “S’écouter pour mieux manger, est-ce la clé ?”

Quelle importance à apprendre des langues ?

langues

Moi et les langues, ça a toujours été une histoire compliquée…

À l’école, pendant des années, on a tenté de me le faire aimer, de me les enseigner, mais le défi était loin d’être facile à réaliser !

Déjà, juste pour le français, j’ai mis des années avant de savoir écrire, sans faire dix fautes d’orthographe par phrase ;). Une fois cette première étape passée, ou en tout cas, bien améliorée, il fallait tout recommencer avec une nouvelle langue. Non mais, dans quel calvaire on m’avait encore fourrée !

D’abord avec l’anglais, puis avec l’espagnol, l’école a coûte que coûte essayé de m’apprendre les fondements de ces deux langues. Pendant longtemps, je n’en ai pas compris l’utilité. Après tout, je vivais en France et je parlais français, n’était-ce pas suffisant ?

Au lieu de me faire aimer les langues, en particulier l’anglais, l’école m’en a dégoûté. Je me rappelle de toutes ces heures à essayer d’apprendre les verbes irréguliers, à tenter par tous les moyens de mémoriser ces centaines de mots et de sonorités, que je finissais toujours par malheureusement tout oublier. Paralysée par la peur d’être interrogée, les cours de langues était devenu un mauvais moment à passer, un calvaire obligé.

Pourtant, j’ai persévéré, j’ai essayé de m’y intéresser pendant des années. J’étais tellement frustrée de ne pas y arriver, de ne pas réussir à communiquer, que j’ai fini par me dire que les langues n’était tout simplement pas faites pour moi. Ainsi, pendant longtemps, j’ai pensé qu’apprendre les langues était un don, un talent, réservé à certains privilégiés.

Puis et venu le temps des remises en question…

Il y a deux, trois ans, j’ai voulu à nouveau retenter d’intégrer le grand monde des langues. Je lisais beaucoup à cette période et j’étais très frustrée, de ne pas pouvoir augmenter mon panel de lecture avec des livres en anglais. Ainsi, a commencé un long chemin semé d’essais, de chutes et de remontés…

J’ai téléchargé des applications, acheté des livres, regardé des séries sous-titrées, mais rien n’y faisait, je n’arrivais pas à m’y intéresser. Quand venait le temps des pics de motivation, je me jetais à corps perdu dans une routine linguistique intensive. Puis avec le temps, ma détermination a chuté et j’ai lâché sans pour autant démériter.

Pour une seconde fois, j’ai arrêté de m’y intéresser, en me disant que j’y reviendrai dans quelques années.

J’ai longtemps cherché la méthode « miracle » pour apprendre des langues, pour comprendre pourquoi moi, il m’était impossible d’y arriver. Soyons clair, je n’ai jamais trouvé ! Croyez-moi, j’en ai pourtant essayé. Celle de la répétition espacée, de l’écoute audio répétée, de l’apprentissage des règles de manière bornée, rien n’y faisait, je restais indifférente à tous ces procédés.

Quand j’ai décidé d’arrêter pour une seconde fois de m’acharner, quelque chose avait pourtant changé. En effet, j’avais compris que nous pouvions tous y arriver, qu’apprendre les langues n’étaient pas réservé exclusivement aux surdoués. Ainsi, j’avais ouvert mon esprit à des centaines de nouvelles possibilités.

Quand apprendre l’anglais, m’a rendu passionnée… Lire la suite de “Quelle importance à apprendre des langues ?”

COMMENT VIVRE CHAQUE INSTANT PLEINEMENT ?

vivre
Dans la vie, si vous ne voulez pas être malheureux et constamment insatisfait, il y a une chose que vous devez savoir ! En effet, vous ne pouvez pas vouloir vivre tous les moments de bonheur intensément et les moments de malheurs calmement. Vous devez absolument tout vivre avec passion, avec conscience et avec excès ! Je sais que ce conseil peut paraître un peu bizarre et surtout, à l’opposé des conseils de coaching de vie actuels.
Effectivement, dans le monde du développement personnel, beaucoup conseillent encore le « contrôle » de ses émotions. Je ne dis pas que c’est négatif ou inefficace, loin de là ! Mais je pense seulement, que dans la société actuelle et vu nos modes de vie, cela doit s’appliquer d’une manière tout autre !

Ainsi, vous ne devez pas essayer de contrôler vos émotions, vos ressentis et vos comportements. Vivre dans le contrôle, c’est imposer à son corps et à son mental, des tortures et des obligations, dont il n’a absolument pas besoin !
En fait, c’est un concept tellement simple et évident, qu’il n’est pas mis en place ! C’est bien connu, quand c’est trop simple, cela fait peur. Étonnamment, l’homme aime la complexité, mais ne sait pas la gérer, c’est avant tout cela qui fait son malheur !

Par conséquent, vous n’avez plus qu’une seule chose à faire : VIVEZ VOTRE VIE ! Lorsque je dis cela, ce n’est pas une phrase en l’air ou abstraite. Non, je vous parle bien de concret ! Ne cherchez pas à contrôler votre vie, à la construire parfaitement, c’est impossible et vous serez éternellement malheureux.
Observez autour de vous, combien de personnes que vous connaissez, ont l’air heureuses et épanouies dans leur existence ? Combien se lèvent tous les jours avec enthousiasme et motivation ? Combien continue à se former, à être créatif et à développer des idées ? Malheureusement, la réponse est rapide : PEU !
Au contraire, regardez autour de vous toutes ces personnes qui sont perdues, à la dérive, égarées dans leurs vies. Prisent dans le tumulte de l’existence, elles se sont tout simplement noyées ! Ce qui en découle ? Un torrent des maux de ce siècle : stress, burn-out, antidépresseur à gogo et excès en tous genres ( alimentaire, alcool, drogues, etc. ).

C’est à ce moment-là, que l’on se rend compte de quelque chose de très simple. Plus les gens essayent d’être « parfait » et par conséquent, d’avoir une vie parfaitement cadrée, où rien ne dépasse, plus ils sont malheureux ! Pourquoi ? Tout simplement, car la vie est incontrôlable ! En effet, les événements se présentent à nous, à chaque instant, avec leurs imperfections et leur spontanéité.
Si vous pensez pouvoir doubler la vie et en prendre le contrôle, vous vous trompez ! Ne cherchez pas à tort l’impossible, cherchez plutôt à agir sur ce qui est en votre pouvoir !
Je vous parlerai dans un prochain article, de COMMENT RÉAGIR AUX EVÈNEMENTS DE LA VIE et de COMMENT APPRENDRE À GÉRER L’INCONTRÔLABLE !

Vous devez simplement apprendre à vivre le moment présent, tel qu’il est. Sans vouloir le transformer, l’améliorer ou interagir obligatoirement avec lui. À la place, essayez de passer en mode narrateur externe et devenez un simple observateur. Une fois cette phase d’observation finie, vous pourrez passer à l’action !

ARRÊTER DE RÊVER VOTRE VIE, VIVEZ ! À chaque instant, chaque moment, prenez le temps de vivre, de respirer, d’aimer. Faites cela, comme si c’était la dernière fois que vous pouviez le faire, comme si demain n’existez pas ! N’ayez plus peur, écoutez-vous, écoutez votre cœur et vos envies, le reste suivra avec une facilité déconcertante ! Depuis que je vis de cette manière, ma vie a été totalement bouleversée ! Ainsi, maintenant, aucun jour ne se ressemble, aucun jour n’est triste. Chaque matin, je me lève avec la flamme et chaque soir, je me couche avec les yeux qui brillent de bonheur. Je sais que présenté comme cela, ça peut sembler trop beau, trop vrai et pourtant, faite moi confiance, je n’ai jamais connu quelque chose d’aussi simple à mettre en place ! Si vous ressentez le besoin de vous faire accompagner dans cette voie, vous pouvez me contacter sur mon mail pro : julielespes@live.com, pour que nous puissions discuter et mettre en place un accompagnement personnalisé !


N’oubliez jamais mes warriors, les peurs ne sont pas des obstacles, les doutes ne sont pas vos ennemis. Vivez les choses pleinement, avec fougue et passion. Soyez entier, soyez excessif, autant dans la joie, dans l’amour, que dans la tristesse. Surtout, ne refrénez pas vos émotions, vos sentiments. Vivez les expériences telles qu’elles sont, sans en faire trop ou pas assez, juste au plus près de leur forme d’origine.
Laissez votre corps s’imprégner du monde extérieur, lâchez le contrôle de votre mental et devenez libre de vivre une vie à 100% ! Sans contraintes sociales, sans tabous, juste en étant vous-même ! Vivez les expériences jusqu’au bout, sans penser au lendemain, profitez simplement de l’instant !

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aura donné envie, de vous aussi lâcher la bride et de commencer enfin à VIVRE pleinement UNE VIE EN COULEUR ! N’hésitez pas à le commenter et à le partager, c’est gentil et c’est gratuit ! ♥

VIVEZ, AIMEZ, VIBREZ MES WARRIORS !

COMMENT ÊTRE SOI-MÊME amène à faire des BELLES RENCONTRES !

rencontres

Dans ce podcast, je te parle des rencontres extraordinaires que j’ai réalisées récemment. Ces rencontres ne sont pas anodines et elles sont dues à une raison en particulier ! En effet, depuis quelque temps, j’ai décidé de suivre mon instinct et mes envies, dans chaque action de ma vie !

C’est pour cela que j’ai décidé de te parler dans ce podcast, de l’impact de ton attitude et de ton comportement dans tes relations et dans ta vie !

Ce qui est dingue avec cette manière de vivre et de faire des rencontres, c’est que tu n’es plus limité par tes peurs ! Tu es absolument libre de faire et de rencontrer qui tu veux. En réalité, tu te rends compte que ta seule limite, c’est celle que tu t’imposes à toi-même !

À partir du moment, où tu vas t’assumer tel que tu es, sans vouloir te transformer pour plaire aux autres et devenir une autre personne, ta vie va littéralement changée ! Les belles personnes attirent les belles rencontres ! C’est tout à fait naturel et logique, alors n’essaye pas de devenir quelqu’un d’autre, reste toi-même et laisse ton charme naturel opérer !

Une vie instinctive est une vie de libération ! J’ai une histoire folle à te raconter et je vais t’en parler très prochainement dans un storytelling sur ma chaîne Youtube et dans un podcast ! Encore une fois, j’ai décidé de suivre mon feeling et d’écouter mon cœur et la vie en retour m’a offert des moments magnifiques ! En suivant une vie de bon sens et d’écoute, tu te rendras très vite compte, de la beauté et de la richesse de ton existence et des rencontres que tu vas y faire ! Lire la suite de “COMMENT ÊTRE SOI-MÊME amène à faire des BELLES RENCONTRES !”

3 ASTUCES pour GÉRER les COMPULSIONS ALIMENTAIRES ?

COMPULSIONS ALIMENTAIRES

L’un des problèmes récurrents, qui revient souvent dans les discussions, lorsque l’on parle d’alimentation, c’est bien celui des compulsions alimentaires !

Rares sont les personnes qui peuvent dire qu’elles n’ont jamais connu le souci des compulsions alimentaires !

D’abord, les compulsions alimentaires, qu’est-ce que c’est ? En réalité, c’est un processus psychologique assez simple à comprendre. Pendant un moment où vous n’êtes pas très bien, où vous êtes fatigué, tendu, stressé ou ça peut même être pendant des moments d’euphorie, vous allez avoir tendance à vous jeter sur la nourriture. Oui, vous allez littéralement, vous jeter dessus ! N’importe quel aliment va y passer (en général, les plus gras, salés et sucrés, sinon ça ne serait pas drôle ;)).


Souvent, les compulsions alimentaires sont complètement indépendantes de votre faim. Même si vous êtes rassasié, que vous avez déjà « trop mangé », vous allez continuer à vous empiffrer comme un affamé ! Non pas que vous ne voulez pas vous arrêter, mais simplement c’est plus fort que vous, vous ressentez un besoin psychologique de manger. Il faut à tout prix que vous vous remplissiez, que vous combliez ce vide qui vous hante !

Le souci avec les compulsions alimentaires, c’est qu’elles dépendent totalement de votre mental. Vous aurez beau vous dire que vous n’avez pas faim, que vous n’en avez pas besoin, c’est plus fort que vous, il faut que vous mangiez !

Pourtant, je vous rassure, il existe des solutions pour s’en sortir ! Si je l’ai fait, vous pouvez le faire aussi !


En effet, la cause principale des compulsions alimentaires, c’est les privations et les restrictions, que vous avez imposées à votre corps dans le passé. Plus vous avez fait des régimes restrictifs, plus votre corps à en enregistrer cette peur, que vous le remettiez en état de famine. Du coup, il va avoir tendance à stocker encore plus, pendant vos crises de compulsions.

Se débarrasser des compulsions alimentaires est un long parcours semé d’embûches, qui ne se fait pas un jour. Il y aura certainement des rechutes, des moments de doute où vous vous jetterez sur la nourriture, à la manière d’un doudou. Parce que c’est ça, que la nourriture est pour vous : un doudou. Mais ce n’est pas grave, vous ressortirez encore plus fort et plus motivé à vous en sortir, après vos rechutes ! Il n’y a pas d’échecs, il n’y a que des apprentissages mes warriors !


Dans cet article, je vais vous donner 3 astuces toutes simples, pour gérer vos compulsions alimentaires !  Lire la suite de “3 ASTUCES pour GÉRER les COMPULSIONS ALIMENTAIRES ?”

COMMENT votre MENTAL CONTRÔLE votre VIE !

mental

SANS LE MENTAL, VOUS N’ÊTES RIEN !

Littéralement, ce n’est pas pour blaguer, le mental est la clé de tout !

Vous pouvez avoir tous les muscles que vous voulez, la meilleure hygiène de vie possible, prendre les compléments et les vitamines les plus efficaces au monde, être extrêmement intelligent, etc. Si vous n’avez pas le mental qui avec, tout cela ne vous servira à rien !


En effet, le jour où j’ai compris que le mental est au centre de notre vie. Que c’est le pilier de notre existence, ce sur quoi tout se base et que sans ça, tout s’écroule…Ce jour-là, j’ai compris que je devais tout baser sur mon mental et que je devais me construire un état d’esprit de guerrière !

Alors non, ça ne veut pas dire, que l’on n’a pas des moments où l’on ne sent pas au top, on a le droit d’avoir des coups de mou, même lorsque l’on a décidé d’avoir un mental d’acier. Mais l’un, ne va pas sans l’autre. Ainsi, si l’on veut pouvoir avoir un mental de guerrier, il faut d’abord savoir identifier ses faiblesses, ses erreurs et en apprendre. Donc non, les moments de doute, de flemme ou encore de démotivation, ne sont pas signe de faiblesse ! Juste, ils montrent que vous êtes vous aussi un être humain et que chaque jour, vous faites de votre mieux pour vous en sortir !

Les erreurs sont une chance d’apprendre et de progresser chaque jour. Les erreurs sont « votre chance » ! D’ailleurs, j’emploie le terme d’«erreur» à tort, car ce sont plutôt des tests, des expérimentations sur nous-même. Vous êtes votre meilleur cobaye 😉


Pour revenir au sujet du mental, il est essentiel que vous preniez conscience de ses pouvoirs. En effet, à la fois, sur votre corps, que sur votre esprit, le mental a des capacités extraordinaires ! Votre mental a le pouvoir de rendre l’impossible, possible, de rendre le négatif, positif, l’invisible, visible, ses possibilités sont donc sans fin ! Lire la suite de “COMMENT votre MENTAL CONTRÔLE votre VIE !”

COMMENT AMÉLIORER ses PERFORMANCES avec l’AUTO-PERSUASION !

auto-persuasion

LUNDI 21H30

La chaleur commence enfin à se calmer, j’enfile mes baskets – que j’ai enfin retrouvé dans mes cartons -, et je m’élance sur les routes de ma petite campagne. Un kilomètre plus tard, l’envie d’arrêter se fait déjà ressentir, malgré tout, je persévère, sans objectifs particuliers, juste pour me prouver que je peux le faire. Quatre kilomètres plus tard, je suis fier de moi et heureuse d’en être sortie vivante ! 😉

Comme vous l’aurez compris en lisant ce petit récit de mes épopées sportives, j’ai repris la course à pied ! Après un an sans chausser mes baskets, la reprise s’annonçait difficile. Pourtant, depuis que je suis installé à la campagne, une incontrôlable envie de courir c’est emparée de moi ! Ni une, ni deux, j’ai enfilé ma tenue et je suis parti sur la route.


Bien sûr, je ne m’attendais pas à faire des performances de fou et cela pour deux raisons. La première, c’est que la course et moi ça a toujours été une histoire compliquée. La deuxième, c’est que je n’avais pas couru depuis au moins un an. En effet, après une blessure, j’avais arrêté la petite routine de course que j’avais commencée.

Pourtant, je ne vous cache pas mon bonheur, quand j’ai retrouvé les sensations de la course ! Effectivement, le sol qui tape sous les pieds, la vitesse, le rythme, la liberté de mouvement et bien d’autres. Un moment simple, mais un moment de pur bonheur !

Bon là, on est d’accord, pour les débutants en course et pour la moi d’avant, c’est difficilement envisageable. En effet, avant, courir se résumait plutôt à un gros calvaire, qu’il me tardait de terminer le plus vite possible !


Cette fois-ci, tout a été différent…

Oui j’avais mal, oui mes jambes me brûlaient, mes mollets souffraient et ma tête me criait de m’arrêter. Pourtant, je n’ai rien fait de cela. J’ai continué, pas après pas, mètre après mètre, avec qu’une seule idée en tête : me DÉPASSER !

Et MIRACLE, j’ai RÉUSSI ! Pour la première fois de ma vie (sans plaisanter, la course et moi, c’était vraiment compliqué :D), j’ai réussi à courir cinq kilomètres en trente minutes sans m’arrêter. Soit un rythme de 10km/heure. Pour une reprise, je suis plutôt fier !

Alors, qu’est-ce qui a fait la différence entre ma performance actuelle et mes anciennes performances (plus courtes, beaucoup de pauses et des temps pas terribles) ?  Lire la suite de “COMMENT AMÉLIORER ses PERFORMANCES avec l’AUTO-PERSUASION !”