Laisserons-nous l’art nous émouvoir ?

art

Parlons art…,

L’art ne se comprend pas, ne nous ment pas, on le ressent, c’est comme un doux vent. L’art nous donne des frissons, nous rend bon, nous émeut, on est plus heureux.

Il a des milliers de manière de s’exprimer, de nous montrer ce qui l’est, de nous toucher. Parfois, on arrive à peine à l’apercevoir, à un peu l’entrevoir, à le concevoir. D’autres fois, c’est une évidence, il trompe nos sens. Peut-on réellement lui faire vraiment confiance ?

Dans l’art, on montre ce qui n’existe pas, on voit l’invisible, l’insipide, l’indicible. Tout à coup, tout est là et en un instant, tout s’en va. L’art est atypique, parfois cosmique, avec son petit goût féerique, tout devient magique. L’art n’a pas de règles, tout est possible, tout devient audible, c’est facile. Il suffit d’y croire, de le vouloir, de le laisser nous émouvoir. L’art nous montre notre être, va plus loin que le paraître. Il nous transcende, nous sonde, émet des milliers d’ondes. L’art est immortel, intemporel, c’est une pure merveille.

Les artistes se déchaînent, nous montrent leur peine, leur haine, ce qui les enchaînent. L’artiste est mêlé à son oeuvre, il ne peut pas s’en détacher, il ne peut pas l’oublier, il a besoin de la réaliser, il ne peut pas s’en débarrasser. Pour l’artiste, l’art est un échappatoire, un exutoire, il dit à ses pensées au revoir. Notre oeuvre est comme notre bébé, on a besoin de l’accoucher, de lui donner la vie, de lui dire merci.

Tout est dans la magie de l’art, c’est prendre le simple et le rendre sublime, l’illuminer, l’âbimer, tout changer. Un moindre rien devient beau, on sublime le faux, tout n’est plus que merveille, on s’émerveille. Tout devient magique, plus rien n’est pathétique, ni catastrophique. L’art nous fait relativiser, nous aide à oublier, la vie n’est plus compliquée, la page est tournée.

Le plus bel art est celui de la contemplation, c’est comme une omission, on doit s’oublier, simplement se laisser porter. À nos yeux, plus rien d’autre n’existe, seule l’oeuvre persiste, elle nous existe. Elle titille nos sens, provoque notre essence, fait grimper notre conscience. Tout notre être est plus alerte, on se croit poète, ça nous fait tourner la tête. L’art résout tout, nous dissous, on se sent saoul. On se laisse porter, s’envoler, on perd pied. On a plus peur, tout a plus de saveur, tout n’est que grandeur, l’art devient notre sauveur. Lire la suite de “Laisserons-nous l’art nous émouvoir ?”

Intéressé de tout, dois-je choisir ?

Avant, dans la vie, j’avais un problème, je devais choisir…

Oooh mais quelle misère, je ne veux pas choisir. Quelle angoisse, cette histoire. CHOISIR, CHOISIR, CHOISIR, arrêtez de rabâcher ! Vous me stressez…

J’ai jamais compris pourquoi les hommes voulaient absolument choisir. On est sans cesse obligé de faire des choix, de se condamner, de s’enfermer. Hop, tu as choisis, c’est fini !

On doit choisir des études, un métier et pas tergiverser. On doit choisir nos passions, nos activités et s’y engager. Une fois commencé, on doit terminer, parce que c’est pas bien de tout arrêter…

Mais moi, je ne veux pas choisir. J’aime tout, je suis curieuse de tout, je ne peux pas faire de choix, je ne veux pas faire des croix. Je m’en fiche de commencer et de parfois, pas terminer. Tu veux savoir quoi ? J’ai beaucoup d’oeuvres inachevées et je ne me sens même pas angoissée. Moi j’aime bien me questionner, me renseigner, m’intéresser, expérimenter, essayer. Je suis une curieuse. J’aime lire, écouter, regarder, m’informer. Je ne veux pas avoir de quota, je ne veux pas limiter mes choix.

Les gens veulent toujours qu’on choisisse, qu’on tranche, qu’on se décide. Mais comment décider ? J’ai toujours été égarée. Dans cette société du choix, tu n’as pas le choix. Arrêter de me questionner, je n’ai pas envie de me décider, je ne veux rien arrêter, je suis une passionnée.

J’ai toujours entendu dire qu’il ne fallait pas trop de passions, qu’il fallait se limiter, se concentrer, pour mieux se focaliser. Mais moi, j’ai trop de curiosité, trop de pensées, trop d’idées, c’est ce qui nourrit ma créativité. Je me délecte de tout, tout est beau, tout m’intéresse, tout me caresse. Je ne veux pas briser cette chaîne de l’intérêt, ça pourrait peut-être me tuer.

On m’a souvent reprochée de papillonner de ne pas savoir me décider de tout commencer, de ne rien terminer. Mais je n’arrive pas à choisir. J’ai l’impression que quand je choisis, je m’enferme, je me cloisonne, je me façonne. Ensuite, je me sens angoissée, emprisonnée, je n’arrive plus à respirer. J’ai besoin de tout casser, de tout recommencer, juste pour voir ce que ça fait, ce que ça pourrait donner.

Dans cette société, quand tu décides, tu dois te justifier, donner un sens, dire pourquoi tu le fais. “Pourquoi tu fais ce métier ?”, “Pourquoi ces études et qu’est-ce que tu vas faire après ?”, “Tu en as pas marre de commencer des nouvelles activités ?”. Tant de questions et pas de solutions. J’en sais rien, arrêtez de me demander, je verrai, la vie sait ce qu’elle fait.

C’est quand j’ai arrêté de vouloir donner un sens à tout, une utilité, que j’ai pu recommencer à tout envisager. Je peux tout faire, tout aimer, tout étudier, j’ai plus besoin de me cloîtrer, de décider, de me conditionner. Je me sens libre, d’avoir enfin laissé s’évader toute ma curiosité, d’avoir ouvert toutes les portes de ma créativité, je me sens vibrer.

Alors oui, je suis parfois comme une abeille, je me pose, je butine, je prends mon temps, je ne suis pas stressée, pas pressée, je me laisse le temps de savourer. Puis parfois, il y a des coups de vents, les feuilles bougent, je suis agitée, j’ai envie de bouger, je me laisse m’envoler, j’avance vers des nouveaux projets, une nouvelle destinée. Des fois, je n’arrive pas à me poser, à me focaliser, je n’arrête pas de recommencer, de me réorienter, il y a trop d’opportunités, je suis égaré. Alors, je fais un peu de tout, je suis une touche à tout, je ne suis pas obligé de choisir, j’aime bien découvrir. Et puis, plus je nourris ma curiosité, plus je suis bourrée de créativité. J’ai besoin que ça sorte, que ça me transporte. Lire la suite de “Intéressé de tout, dois-je choisir ?”

Quel est notre rapport à l’éducation ?

Depuis deux jours, j’ai la chance d’être entouré d’étudiants thaïlandais. En effet, hier étant la journée de la carrière, j’ai pu assister à la présentation à des étudiants de plusieurs catégories de métiers. Bien sûr, tout cela était en Thaï, mais j’ai pu observer leur structure scolaire et parler avec certains en anglais.

Aujourd’hui, j’ai pu à nouveau rencontrer des élèves, cette fois-ci plus jeunes, au cours d’une matinée découverte de la ferme et de l’histoire d’Ayutthaya. En quasiment deux mois en Asie et plus particulièrement en Thaïlande, j’ai eu la chance de rencontrer et de discuter avec de nombreux étudiants et de découvrir leur rapport à l’éducation.  

J’ai très rapidement pu constater qu’ici, ils ont une tout autre vision que nous en occident, de l’éducation. En effet, pour la plupart d’entre nous, l’école est avant tout une obligation, à laquelle nous sommes obligés d’adhérer. Nous allons à l’école car il le faut, car sinon on nous dit “qu’on n’aura pas de boulot”. Bien sûr, certaines personnes aiment l’école, aime apprendre et étudier. Mais soyons honnête, pour la plus grande majorité, l’école est une vraie calamité. Nous y allons en nous traînant, remplis d’appréhension et sans grande détermination. Au lieu d’être le lieu de la formation, cela devient une longue punition.

Années après années, nous finissons par de plus en plus nous lasser. Nos professeurs deviennent nos ennemis et les cours d’un profond ennui. Évidemment, je fais ici une généralité, certains cours nous rendent démoralisés et d’autres, tout simplement passionnés.

Personnellement, je n’ai jamais été ni bonne, ni mauvaise élève. Je me suis le plus longtemps possible contenté d’être dans la “normalité”. J’avais la moyenne et je m’en suffisait. La seule période où cela a un peu évolué, ça a été durant mes deux dernières années de lycée. Sachant que mes résultats allaient compter pour après, pour mes futurs choix de scolarités, j’ai décidé de me mettre à beaucoup plus travailler. Bien sûr, les résultats ont suivis et je ne m’en suis pas trop mal sortie.

Pourtant, arrivé le temps de l’université, après quelques jours, j’ai décidé de tout abandonner. Me retrouver à nouveau enfermé pendant des heures, à écouter des banalités et à noter sur mon cahier, je ne voulais pas recommencer ! J’ai stoppé la fac et décidé de travailler, puis de voyager. C’est certainement l’un des meilleurs choix de ma vie que j’ai fait !

En effet, en me confrontant au monde du travail, à la réalité, je me suis vite rendu compte qu’étudier était une nécessité. Il est clair, que si nous souhaitons travailler dans un métier qui nous plaît, nous devons un minimum nous former. Comme vous pouvez le voir, j’utilise bien le mot “former” et non pas “étudier”. Effectivement, la formation n’est pas obligatoirement scolaire, elle peut-être dans toutes nos actions, dans toutes nos expérimentations. Le principal, c’est de savoir s’auto-former et surtout, de développer sa curiosité !

Pour beaucoup d’entre nous, une fois l’époque de l’école finie, nous tournons la page avec l’éducation. Pourtant, apprendre est un processus de toute une vie. Nous ne cessons jamais de découvrir des choses et d’enrichir nos connaissances, au fil des expériences et des rencontres.

Et si nous cessions le temps de la flagellation…

Le système éducatif actuel semble être une machine bien rodée. Pourtant, il ne faut pas passer très longtemps à l’école, pour se rendre compte qu’il y a des gros dysfonctionnements. En effet, les écoles sont remplis d’élèves démotivés, qui sont là par nécessité et qui ne rêve que de liberté. Les cours deviennent une grande récrée ou le professeur démoralisé, tente d’imposer un peu d’autorité. Il n’y a pas de respect, pas de régularité et deux mondes bien séparés. D’un côté, les étudiants et de l’autre, les enseignants. Où sont alors passées les notions d’échange, de partage, de respect et d’égalité ?

En effet, le système scolaire actuel français fonctionne d’une manière, qui ne laisse que très peu de place à la créativité. Les enseignants nous donnent des connaissances et nous nous efforçons d’essayer de les intégrer. Nous passons des heures à répéter les mêmes choses, à apprendre par cœur, à essayer de conditionner notre esprit à retenir sans trop se questionner. Tout cela ne fait pas réellement de place, à notre personnalité et à notre curiosité. Nous sommes dès le plus jeune âge conditionné à apprendre, sans trop penser, ni trop imaginer.

Ainsi, nous pouvons apercevoir plusieurs comportements se dégager. Nous nous classons par nous-même dans des catégories et finissons même par nous y identifier. Certains se classeront dans les “bons élèves”, d’autres dans “les moyens”, voir “mauvais” et vient enfin, les “cas désespérés”. Tout cela est bien sûr renforcé par une pression sociale de compétitivité. En effet, le système scolaire est avant tout basé sur un principe d’action, qui apporte soit une récompense, soit une punition. Nous n’apprenons plus par curiosité, par passion, mais par compétitivité, par peur d’être dernier.

Bien sûr, les derniers de la course, se sentent comme éliminés. C’est ce que nous appelons aujourd’hui couramment “le décrochage scolaire”. Plus l’éducation se vieillit, plus les cas se multiplient. La barrière entre les enseignants et les étudiants grandit de plus en plus et l’école devient un lieu d’exclusion des moins bons.

Ce système de fonctionnement ouvre la porte à une multiplicité de gens perdu, qui se sentent exclu. Viens alors un long processus d’incompréhension et de flagellation, qui vient autant de notre environnement extérieur, que de notre propre jugement. Ces élèves finissent par devenir des adultes, qui sont persuadés d’être des ratés. C’est ainsi qu’ils commencent la vie, réfractaire à apprendre, car ils se sentent punis.

Personne n’est inadapté, ou pas assez futé. Nous avons tous des milliers de capacités et des choses qui nous rendent passionnés. Il suffit juste de les trouver !

Et si, nous étions un peu plus reconnaissant… Lire la suite de “Quel est notre rapport à l’éducation ?”

Quelle importance à apprendre des langues ?

langues

Moi et les langues, ça a toujours été une histoire compliquée…

À l’école, pendant des années, on a tenté de me le faire aimer, de me les enseigner, mais le défi était loin d’être facile à réaliser !

Déjà, juste pour le français, j’ai mis des années avant de savoir écrire, sans faire dix fautes d’orthographe par phrase ;). Une fois cette première étape passée, ou en tout cas, bien améliorée, il fallait tout recommencer avec une nouvelle langue. Non mais, dans quel calvaire on m’avait encore fourrée !

D’abord avec l’anglais, puis avec l’espagnol, l’école a coûte que coûte essayé de m’apprendre les fondements de ces deux langues. Pendant longtemps, je n’en ai pas compris l’utilité. Après tout, je vivais en France et je parlais français, n’était-ce pas suffisant ?

Au lieu de me faire aimer les langues, en particulier l’anglais, l’école m’en a dégoûté. Je me rappelle de toutes ces heures à essayer d’apprendre les verbes irréguliers, à tenter par tous les moyens de mémoriser ces centaines de mots et de sonorités, que je finissais toujours par malheureusement tout oublier. Paralysée par la peur d’être interrogée, les cours de langues était devenu un mauvais moment à passer, un calvaire obligé.

Pourtant, j’ai persévéré, j’ai essayé de m’y intéresser pendant des années. J’étais tellement frustrée de ne pas y arriver, de ne pas réussir à communiquer, que j’ai fini par me dire que les langues n’était tout simplement pas faites pour moi. Ainsi, pendant longtemps, j’ai pensé qu’apprendre les langues était un don, un talent, réservé à certains privilégiés.

Puis et venu le temps des remises en question…

Il y a deux, trois ans, j’ai voulu à nouveau retenter d’intégrer le grand monde des langues. Je lisais beaucoup à cette période et j’étais très frustrée, de ne pas pouvoir augmenter mon panel de lecture avec des livres en anglais. Ainsi, a commencé un long chemin semé d’essais, de chutes et de remontés…

J’ai téléchargé des applications, acheté des livres, regardé des séries sous-titrées, mais rien n’y faisait, je n’arrivais pas à m’y intéresser. Quand venait le temps des pics de motivation, je me jetais à corps perdu dans une routine linguistique intensive. Puis avec le temps, ma détermination a chuté et j’ai lâché sans pour autant démériter.

Pour une seconde fois, j’ai arrêté de m’y intéresser, en me disant que j’y reviendrai dans quelques années.

J’ai longtemps cherché la méthode « miracle » pour apprendre des langues, pour comprendre pourquoi moi, il m’était impossible d’y arriver. Soyons clair, je n’ai jamais trouvé ! Croyez-moi, j’en ai pourtant essayé. Celle de la répétition espacée, de l’écoute audio répétée, de l’apprentissage des règles de manière bornée, rien n’y faisait, je restais indifférente à tous ces procédés.

Quand j’ai décidé d’arrêter pour une seconde fois de m’acharner, quelque chose avait pourtant changé. En effet, j’avais compris que nous pouvions tous y arriver, qu’apprendre les langues n’étaient pas réservé exclusivement aux surdoués. Ainsi, j’avais ouvert mon esprit à des centaines de nouvelles possibilités.

Quand apprendre l’anglais, m’a rendu passionnée… Lire la suite de “Quelle importance à apprendre des langues ?”

UN JOUR, UNE QUESTION !

question

Hello la compagnie !

Depuis quelque temps, j’ai une idée qui me trotte dans la tête. Alors hop, aujourd’hui, il est temps de la lancer !

Cette idée n’a rien de révolutionnaire, je vous l’accorde. Mais, elle me semble tout à fait enrichissante autant pour moi, que pour vous.

Venant en aux faits…

Le concept, c’est que chaque jour nous nous posons une nouvelle question, une nouvelle réflexion et qu’on échange dessus, qu’on y réfléchisse ensemble.

Comme je vous en parlais dans mon dernier article, je veux revenir à un mode d’écriture et de création qui me correspond plus. Ce que j’entends par là, c’est que j’ai besoin de partager mes ressentis, mes émotions, mes peurs, mes questions, mes idées, mes réflexions, etc. Bien sûr, je pourrai continuer à le faire dans mon coin, mais je trouve qu’il est beaucoup plus intéressant de partager cela avec vous, pour qu’on puisse évoluer ensemble.

C’est en confrontant nos idées, nos points de vue, notre mode de réflexion, que nous allons pouvoir ensuite chacun de notre côté, analyser tout cela pour en tirer des apprentissages et des nouvelles pensées. Il n’y a selon moi rien de plus beau que de pouvoir échanger avec l’autre et de pouvoir se mêler à son monde de pensées. L’homme est justement le seul être humain qui est capable de communiquer ses pensées et de les faire évoluer avec le temps.

Parler, écrire, créer, nous permet à tous de mûrir notre analyse et de la faire changer au fur et à mesure de ce qu’on apprends. Je pense sincèrement que la meilleure manière d’apprendre les choses n’est pas dans les livres, elle est dans l’expérience, elle est dans l’humain, elle est au contact de l’autre. En voyageant, cette réflexion m’a encore plus sauté aux yeux ! Ce n’est pas pour rien que l’on dit que le voyage est : “l’école de la vie”. Il n’y a rien de plus vrai ! J’ai beaucoup appris sur moi et sur les autres depuis que je voyage. J’ai tellement changé ma manière de penser, que chaque jour je m’enrichie de l’autre pour en apprendre toujours plus.

Bien sûr, ce n’est pas le voyage qui est au cœur même de ce concept, mais bien l’autre.

Tant que nous pouvons communiquer avec l’autre, se confronter à lui et dialoguer, nous apprenons plus qu’avec n’importe quelle autre manière de faire. En effet, à travers l’autre, nous apercevons et embrassons un tout nouveau monde de pensées, d’idées, de réflexions. Parfois, ce monde est très différent du nôtre, parfois, il en est très proche. C’est là où se trouve le défi que pose la communication. Il faut apprendre à ouvrir son esprit à d’autres fonctionnements de pensée, à d’autres manières de voir la vie, à d’autres points de vue sur les expériences que l’on vit tous. J’aime avoir une conversation avec quelqu’un et de me dire après “je n’aurai jamais pensée cela toute seule”, voilà ce qui est magique avec la communication ! On fait évoluer notre “mindset” sans même s’en rendre compte.

De plus, on retient beaucoup mieux les informations et les connaissances que l’autre peut nous apprendre en discutant. Pourquoi ? Car elles sont associées à des histoires, à des émotions que la personne à vécue à ce moment-là. Quand on vous raconte quelque chose, si vous écoutez avec attention, vous pouvez ressentir les émotions que l’autre ressent et à votre tour vous sentir concerné par cela. Dès que votre cerveau fait l’association entre la connaissance et l’émotion, le tour est joué, vous retiendrez beaucoup mieux cette information !

Le but d’un jour, une question, c’est bien évidemment de nous poser ensemble pour réfléchir et échanger sur nos réflexions. Lire la suite de “UN JOUR, UNE QUESTION !”

5 RAISONS qui FONT que je PRÉFÈRE les PODCASTS aux VIDÉOS !

podcasts

Aujourd’hui, je vous retrouve pour parler des 5 RAISONS qui FONT que je PRÉFÈRE les PODCASTS aux VIDÉOS !

Depuis que je suis dans le domaine du web, j’ai pu remarquer une sorte de concurrence entre ces deux formats. D’un côté, les pro-vidéos qui publient en principe sur YouTube et d’un autre côté les pro-podcasts qui publient sur les plateformes dédiées. Bien que certains publient sur les deux plateformes, en principe un choix se fait avec le temps.


En effet, récemment, j’ai pu remarquer que des youtubeurs que je suivais ont quitté Youtube, pour se consacrer aux podcasts. En tant que grosse fan de ce format, j’ai été ravie de ce changement de plateforme !&

Effectivement, autant pour écouter ceux des autres, ou pour moi-même publier du contenu, je préfère les podcasts aux vidéos. Pourquoi ? Je vais y répondre dans cet article !


Pourquoi je préfère les podcasts… Lire la suite de “5 RAISONS qui FONT que je PRÉFÈRE les PODCASTS aux VIDÉOS !”

3 applications pour lire plus et plus vite

lire plusAujourd’hui, le temps de lecture est toujours plus réduit, voir même totalement supprimé par manque de temps. Des techniques de lecture rapide sont alors en train de se développer pour contrer ce phénomène. En effet, la lecture est maintenant couramment associée à l’utilisation des nouvelles technologies, à l’aide par exemple des livres numériques. Que ce soit, sur ordinateur, sur smartphone, sur tablette et même sur liseuse, les livres se démocratisent et s’ouvrent toujours plus à cette nouvelle ère numérique.

Dans une démarche d’amélioration des performances de lecture et de réduction des temps de lecture, des nouveaux concepts s’installent sur le marché. Pour simplifier encore la démarche, ces systèmes basés pour la plupart sur des études scientifiques, sont disponibles sous forme d’application.

Dans cet article, je vais vous présenter trois applications que j’utilise pour améliorer ma rapidité de lecture et pour pouvoir lire toujours plus de livre ! Lire la suite de “3 applications pour lire plus et plus vite”

Comment se protéger de la lumière bleue ?

Lumière bleueAujourd’hui, l’omniprésence des appareils électroniques dans notre vie ne cesse de grandir, nous sommes toujours plus submergés par la multitude d’écrans qui nous entourent. Entre la télévision, l’ordinateur et le téléphone, le temps que passe la population française devant les écrans a explosé. Le problème ? La lumière bleue contenue dans les LED ( “diodes électroluminescentes”), les LED permettent une excellente intensité lumineuse sur nos écrans et ne consomment que très peu d’électricité. Pourtant, les LED posent un réel problème pour les utilisateurs, en effet, la lumière bleue qu’elles contiennent sont sources pour de nombreuses personnes de problèmes qui peuvent malheureusement devenir récurrents, voir, dangereux pour notre santé.

Des problèmes de sommeil vous empoissonnent la vie ? Vous êtes souvent sujet à de grosses migraines inexpliquées ? Vous ressentez une fatigue visuelle quand vous passez trop temps devant vos écrans ? Il est bien possible que vos yeux n’apprécient pas ce trop plein de lumière bleue et qu’ils cherchent à vous le faire comprendre.

Lire la suite de “Comment se protéger de la lumière bleue ?”

Astuces pour apprendre une langue

Langue
Depuis quelque temps une idée d’article me trotte dans la tête, cette idée c’est un article pour vous donner mes astuces pour apprendre une langue que je suis depuis plus d’un an maintenant.

Donc il y a environ 1 an j’en avais vraiment marre de ne rien comprendre à la langue de Shakespeare ! Et oui je me traîne depuis des années d’énormes lacunes en anglais et j’ai donc décidé de me prendre en main et d’essayer de m’améliorer.
Je peux dès maintenant vous dire qu’apprendre une langue est un long périple avec beaucoup d’embûches. En effet, garder la motivation et  continuer à s’améliorer et parfois compliqué mais il faut tenir le coup pour pouvoir découvrir une nouvelle langue et une nouvelle culture.
Je vais donc vous présentez mes moyens et mes astuces pour apprendre une langue :

– L’outil d’apprentissage qu’on a toujours sur soi c’est bien sûr…notre téléphone portable ! Et oui j’ai des applications préférées sur mon smartphone pour pouvoir toujours s’améliorer.

  • Duolingo, cette application est plutôt connue mais surtout gratuite sur toutes les plateformes ! Dans cette application on peut apprendre à s’amusant, comme un challenge avec nous-même. On enchaîne les niveaux et c’est très motivant ! Il y a des phrases à compléter, des phrases audio à reconnaître et autres. Je vous conseille vraiment cette application.
  • Mosalingua, j’ai découvert cette application et depuis je ne l’ai plus quitté ! Le système marche avec des répétitions espacées de mots. On apprend beaucoup de vocabulaire grâce à cette application. Elle est très bien construite avec de l’écrit de l’écoute, seulement 5 ou 10 min par jour peuvent suffire pour progresser ! Seul inconvénient, elle coûte 4,99€ mais ça en vaut vraiment le coup je vous l’assure !
  • WordReference qui est LE DICTIONNAIRE à avoir ! Reverso context est très pratique car elle donne une traduction selon le contexte. Mais aussi HelloTalk pour découvrir des correspondants dans divers pays et s’ouvrir au monde ! Petit bonus : HiNative il y a une application sous Apple et un site internet où l’on peut déposer des questions sur la langue qui nous intéresse.

– En deuxième, je vous conseille des livres ! Évidemment en bonne lectrice que je suis il me faut des livres sur le sujet !

  • La collection librio mémo est vraiment géniale ! Cette collection où les livres valent entre 2 et 3€ est vraiment parfaite pour découvrir les différents aspects de la langue, du plus drôle comme les expressions au plus sérieux avec la grammaire ou la conjugaison.
  • Pour les personnes avec une mémoire visuelle, je vous conseille un dictionnaire visuel dans la langue qui vous intéresse ! Pour l’anglais moi j’ai le Dictionnaire d’anglais 100% visuel chez Larousse qui est vraiment très bien construit.
  • Les petits livres Je révise mon anglais/espagnol aux toilettes est sympa pour apprendre à s’amusant et pour optimiser le temps perdu aux toilettes.
  • Enfin un bon Bescherelle dans la langue que vous voulez apprendre et indispensable pour apprendre les bases !

– Les sites internet sont eux aussi une vraie mine d’or pour celui qui veut apprendre ! Pour ceux que je vais vous présenter on peut s’inscrire à la newsletter pour recevoir l’article par mail.

  • Bilingueanglais.com est justement une newsletter où l’on reçoit des conseils pour améliorer son apprentissage et c’est vraiment génial de découvrir de nouvelle manière pour apprendre.
  • Le blog mosalingua où des articles sont postés régulièrement pour vous aider à vous améliorer et à trouver des manières d’apprendre originales.
  • Toujours avec le même principe le blog anglais5minutes qui fait des articles toujours intéressants ! Il nous parle de son expérience avec les langues et nous redonne la motivation pour apprendre. De plus il fait aussi des vidéos sur youtube sous le même nom.

– Dans cette dernière partie, je vais vous dire les autres moyens que je connais pour apprendre toujours de manière fun !

  • La lecture de livres en VO évidemment est une excellente source de progrès ! Commencez par des livres  simples comme Matilda de Roald Dahl. Je sais que ce n’est pas facile, mais il faut garder à l’esprit votre motivation principale et persévérer !
  • La musique est une autre excellente source pour améliorer votre écoute et donc par conséquent votre oral ! En technique il faut écouter d’abord une fois sans rien puis une deuxième fois en essayant de reconnaître des mots et encore mieux des phrases, ensuite il faut regarder et se concentrer sur les paroles puis laisser les paroles de côté pour essayer de chanter en écoutant simplement la musique. Le site lyricstraining.com est très bien pour ça !
  • Les jeux vidéo peuvent eux aussi être une source d’apprentissage ! En effet prenez un jeu sur n’importe quelle plateforme et mettez-le dans la langue qui vous intéresse. Tous les dialogues du jeu seront donc pour vous un challenge pour comprendre et progresser dans votre jeu.
  • Les magazines spécialisés dans l’apprentissage de langue peuvent aussi être un bon moyen de progresser.
  • Lire des articles qui vous intéressent sur internet est une manière plaisante d’apprendre tout en s’amusant ( pour nous les fans de livre, un article sur le livre qui nous plaît dans la langue qu’on veut apprendre c’est parfait ! )
  • ET ENFIN, le plus important c’est de s’imprégner de la langue ! Les séries, les films, les podcasts sont d’excellents outils pour améliorer sa compréhension et son expression !

J’espère que cet article un peu différent va vous plaire ! Bon courage à tous pour votre apprentissage !

Mon avis sur la Kobo Aura

Kobo AuraAujourd’hui je vous propose un article sur la liseuse kobo aura de chez Fnac, parce que je vois beaucoup de personnes se posait la question ” kobo ou kindle “, ” quelle liseuse choisir “‘ “les e-books sont-ils moins cher que les livres papiers ” je vais donc vous faire part de mon expérience, avant de choisir la kobo, ma recherche de liseuse, puis maintenant mon avis sur la kobo aura.
Avant mon achat, ma recherche : Au début je n’y connaissais absolument rien, alors j’ai fais quelque recherche sur le net et j’ai vu qu’il y avait deux leaders sur le marché la Fnac et Amazon avec kobo et kindle, puis il y a les marques comme sony, carrefour, bookeen, ect… moi je vais me concentrer sur kobo ou kindle.
 
Donc d’abord il faut savoir que la kobo de la Fnac permet aux utilisateurs d’acheter leurs livres sur n’importe quelle plateforme, bien sûr sur Fnac mais aussi sur Amazon, decitre, cultura et toutes les autres, alors que Amazon oblige à acheter exclusivement sur Amazon ce qui est vraiment très contraignant pour moi en tout cas.
 
Ensuite il y a la question du rétroéclairage, au début je me suis dit que j’en avais pas besoin surtout vu que le prix des liseuses rétroéclairées et plus élevé que ce qu’ils l’ont pas mais maintenant que j’ai la kobo aura qui en est équipée je ne regrette absolument pas, pour moi c’est vraiment indispensable maintenant. 
 
Pour le stockage c’est vraiment largement suffisant sur la plupart des liseuses il y a 2 Go intégré, ce qui est vraiment énorme, certaines liseuses comme la kobo aura permette d’introduire en plus une micro-sd pour rajouter de la mémoire, ce qui peut être intéressant pour les très gros lecteurs.
 
Après mon achat, mon avis sur la kobo aura : Maintenant que j’ai choisi la kobo aura je ne regrette absolument pas mon choix, elle est vraiment géniale, le confort de lecture est parfait, le rétroéclairage est pour moi un vrai plus qui met indispensable.
 
Le prix qui est de 139,99€ ce qui reste un peu cher mais pour la qualité je ne regrette pas surtout que j’avais eu 20€ d’économie car je suis adhérente, et comme il y a très souvent ce genre de réduction surtout pendant les périodes de Noël c’est très intéressant.
 
Je n’ai absolument pas mal aux yeux ou à la tête pendant ma lecture même après une longue période de lecture.
 
La Fnac propose des petits plus qui sont très agréables comme les statistiques de lectures, les mini-jeux ( sudoku, mot fléché, échec, bloc note…), il y a aussi un dictionnaire, et un traducteur intégré pour les lecteurs en VO ça peut être très pratique, on peut aussi surligner des passages que l’on veut retenir.
 
La bibliothèque proposée pas la Fnac à un très grand choix , de plus comme je le disais si dessus il y a beaucoup d’autre site de vente qui sont très pratique et parfois moins cher.
 
Pour protéger sa liseuse, Fnac vend des housses de protection qui sont pour moi un peu cher, il y a beaucoup d’autre site qui en vende, comme Amazon j’ai acheter la mienne chez Amazon, elle est très bien même si les aimants pour la fermeture aimanté sont mal situé donc j’ai désactiver cette option je pense en achetant une autre plus tard.